HEUREUSES SURPRISES !

 

La météo prévoyait un temps épouvantable pour ce dimanche, 24 avril à Ergersheim ! Conséquence logique : peu de marcheurs, peu de mesures du souffle : un fiasco, donc ! Quelle ne fut pas notre surprise au réveil en découvrant un grand ciel bleu et un soleil rayonnant ! Certes, il faisait froid, mais cela ne rebute guère les sportifs !

 

Cependant, faute de micro (?), il n’y eut pas foule à notre stand (54 mesures pour environ 700 participants!), mais des rencontres intéressantes : dont la toute première, une personne atteinte de BPCO, suivie par son pneumologue et parfaitement au courant de sa maladie. Mais – alors qu’elle était persuadée de ne plus pouvoir bouger vu son handicap respiratoire – elle a découvert que l’atelier d’activités physiques adaptées de l’AMIRA permettait justement aux malades de retrouver et la mobilité et le souffle. Un jeune homme est venu prendre en photo notre panneau informatif sur la BPCO, parce qu’il soupçonne sa maman d’être atteinte de cette pathologie. Il s’est ensuite longuement documenté avec l’un de nos membres. Un président d’association nous a chaudement félicités pour notre engagement en matière de prévention, lui-même se dévouant pour une bonne cause : il s’occupe d’enfants vivant seuls avec l’un des parents et, de fil en aiguille, il nous a invités à l’une de leurs prochaines manifestations pour faire des mesures du souffle.

 

Mais le « clou » – l’autre surprise du jour (!) – ce fut ce quinquagénaire, qui vint nous remercier d’avoir attiré son attention sur ses problèmes respiratoires lors d’une précédente marche populaire. Suivant notre conseil, il a consulté son médecin qui lui a prescrit des examens cardiaques et respiratoires. Les résultats ont confirmé notre « diagnostic ». A la question adressée au spécialiste : « Que puis-je faire pour améliorer mon état de santé ? – Perdre du poids »! Le marcheur s’est pris en charge, a perdu 21kg, a ainsi stoppé ses prémices de diabète, son essoufflement… bref, il a retrouvé la forme. La preuve : la mesure du souffle qu’il tenait à faire à notre stand, était parfaitement dans les normes. Il en fut visiblement ravi.

 

Et notre équipe aussi : pour une fois, nous avions la confirmation que notre action n’est pas inutile !