DECOUVERTE D'UN MONDE FEERIQUE!

  

Ce jeudi 2 août tombe dans une période caniculaire! Pourtant trente et un membres ont le courage de braver la chaleur pour participer à cette rencontre...!

 

  Heureusement, la salle du restaurant "A l'Aigle" à Wimmenau est climatisée et cette fraîcheur bienfaisante favorise la bonne humeur de nos participants qui jasent à qui mieux mieux! Le déjeuner : salade niçoise, demi coquelet, ratatouille et frites est fort apprécié; la tarte aux myrtilles accompagnée d'une boule de glace ou coiffée de chantilly pour les convives qui le souhaitent, également! Et tous ces mets servis avec le sourire !

 

 A quinze heures, c'est le départ à Wingen sur Moder au musée Lalique, lui aussi bien climatisé et proposant des chaises pliables et des fauteuils roulant à nos membres que la station debout incommode! C'est avec une pensée émue que nous nous souvenons de notre ami Jeannot Staub, qui nous a quitté au début de cette année. En sa qualité de souffleur de verre dans cette entreprise, il avait émaillé une visite précédente d'anecdotes personnelles.

 

 Notre guide nous fait découvrir tout d'abord les dessins de René Lalique, formé aux techniques de la bijouterie. Puis l'on peut admirer ses créations. Brisant les codes joailliers de l'époque, René Lalique intègre à ses pièces de nouveaux matériaux comme la nacre, l’émail ou le verre. Il remporte un vif succès auprès de la clientèle. Grâce à l'originalité de ses pièces, il se fait un nom auprès d'artistes, tels que Sarah Bernhardt. A l'exposition universelle de Paris, c'est l'apothéose! Il devient officier de la Légion d'Honneur. En 1907 débute sa collaboration avec le parfumeur François Coti. Ce travail en tandem permet pour la première fois de présenter des parfums attractifs à des prix abordables. Dès lors Lalique s'oriente vers le travail du verre industriel auquel il finira pas se consacrer.

 

En 1921, il crée la verrerie d'Alsace à Wingen sur Moder en Alsace au cœur d'une région de tradition verrière ancienne. Il croule sous les commandes : qui veut du luxe, s'adresse à René Lalique. Il décore ainsi le train Côte d'Azur Pullman Express et aménage le paquebot Normandie. Il crée également des œuvres religieuses, dont on peut admirer un superbe Christ en croix au musée. Il décède en 1945. Son fils Marc reconstruit l'usine ravagée pendant la guère et fait entrer Lalique dans l'ère du cristal. En 1977, sa fille Marie-Claude devient PDG de la société. Elle renoue avec la création de bijoux et développe celle de flacons de parfum. Elle remplit ce rôle jusqu’en 1996. En 2008, Art et Fragrance, groupe suisse dirigé par Silvio Denz, reprend la Maison Lalique avec l'ambition de la développer à travers le monde et d'augmenter la capacité de production de la cristallerie. A ce jour une belle réussite!

 

  Pour nos participants, c'est une journée très enrichissante... à l'abri des fortes températures!